Colibri : le nouvel algorithme de Google

Le procédé Hypertexte déjà conforme à Colibri

Le nouvel algorithme de Google vous comprend comme si vous parliez. Il cherche davantage à déduire le sens de vos requêtes, et plus uniquement à repérer les mots employés.

 

Pour ses 15 ans, Google a annoncé la mise en place d’un nouvel algorithme : Colibri (Hummingbird). Les précédents avatars, Panda (2011) et Pingouin (2012), traquaient les contenus et les liens de mauvaise qualité. La spécialité de Colibri : trouver les réponses les plus pertinentes aux requêtes des internautes, et particulièrement pour les longues requêtes. Par exemple, « achat chocolat au caramel au beurre salé  ».Colibri

Toujours plus pointu sur la sémantique employée, Colibri se focalise sur le sens complet d’une longue requête, et non plus uniquement sur les mots pris séparément les uns des autres. Si un internaute tape «  quelle est la vitesse maximum d’un cheval  ?  », Google classe en premier une page de Wikipédia, qui répond parfaitement à la question. Elle ne contient pourtant pas les mots clés «  vitesse  » et « cheval  » dans ses balises primordiales.

Google a encore monté une marche dans l’analyse sémantique et syntaxique, les deux spécialités d’Hypertexte, agence SEO et de rédaction depuis près de 10 ans. Plus que jamais, la justesse de choix des mots clés et de la rédaction impacte directement la performance du référencement.

Visuel : © Creative Common hart_curt

Auteur :

On octobre 1st, 2013, posted in: Blog, SEO by
4 Responses to Colibri : le nouvel algorithme de Google
  1. C’est ça. Pour être mieux référencé par Google, vous aurez désormais plus de liberté qu’auparavant dans le choix des mots clés, dans votre thématique.

    Mais il devient plus que jamais critique d’ordonnancer ces termes dans le bon ordre et à la bonne longueur dans vos balises primordiales (title, h1, URL, h2, a href). Veillez à respecter la règle absolue de la « proéminence sémantique » !

    Répondre
  2. La bonne nouvelle est que Google fait des progrès en sémantique ! Avant cela, on obtenait une meilleure performance SEO en concentrant la rédaction des balises à partir des mots clés les plus recherchés. A présent, nous aurons davantage de liberté dans le choix des mots clés puisque c’est leur ordonnancement et leur assemblage qui comptera autant.

    Jetons un œil à la définition de la sémantique dans le Wiktionnaire. C’est l’étude de la signification des mots. Tout simplement.

    Les brevets déposés par Google en liaison avec Colibri sont parlants: ils formalisent une analyse sémantique automatique de nouvelle génération : elle prend en compte les termes synonymes de façon différente: elle constitue et pondère des paires de termes.

    Plutôt qu’une correspondance synonymique de 1 (par exemple : cheval) à N (par exemple : alezan, aubère, barbe, bidet, bourrin, canasson, coursier, crack, dada, destrier, étalon, haridelle, hongre, monture, mustang, palefroi, poney, poulain, pur-sang, rosse, rossinante, trotteur, yearling), comme dans n’importe quel thésaurus de synonymes, Google à mis au point une analyse de 1 à N à N.

    L’algorithme part d’un terme (« cheval ») pour explorer X synonymes et constituer des paires de synonymes d’usage, en apprenant des recherches effectuées statistiquement par les utilisateurs eux-mêmes. Il repère des co-occurences.

    Google pondère alors ces associations. Google est passé non seulement à un web plus sémantique mais oriente de plus en plus son algorithme pour qu’il apprenne de lui-même, au fil du temps. On a pas pas fini de voir les milliers de synonimistes, lexicologues, statisticiens et autres pros du langage de Google s’amuser.

    Répondre
    • Merci pour cette réponse très précise.
      Donc en gros, Google analyse de plus en plus les contenus comme le fait un humain. Donc de plus en plus, il suffira d’écrire des contenus pertinents pour un humain (sans se soucier spécialement des mots-clés), pour obtenir un bon référencement sur la thématique traitée. C’est un peu cela non ?

  3. Super pour les internautes… mais Colibri aura-t-il un impact sur les techniques de référencement ? Faudra-t-il rédiger différemment les contenus ?

    Répondre

Répondre

Lire les articles précédents :
Google : 9 internautes sur 10 restent sur la 1re page

La 1re page Google : incontournable 91,5 % des internautes ne consultent que la première page des résultats Google. C'est ce qui...

Fermer