3e baromètre Hypertexte du Cac 40 sur Facebook

Deux géants délaissent maintenant Facebook

Toutes les entreprises du Cac 40, ou presque, ont investi Facebook. Avec des succès divers. Après réflexion, deux d’entre elles, Vivendi et Gemalto, ont opté pour d’autres réseaux sociaux.

 

RÉSULTATS (au 13 mai 2013)

Les champions
1.    Axa : 684 518 fans inscrits ET 42 376 fans actifs (6,19 %)
2.    L’Oréal : 757 308 fans inscrits ET 5 339 fans actifs (0,70 %).

Le Top 5 qui a recruté le plus de fans
1.    L’Oréal                757 308
2.    Axa                      684 518
3.    BNP Paribas       253 724
4.    Renault               134 503
5.    LVMH                   122 771

Le Top 5 qui possède le plus de fans actifs
1.    Axa                       42 3116 (6,19 % ont interagi ces 7 derniers jours)
2.    Renault France    7 959 (5,92 %)
3.    L’Oréal                  5 339 (0,70 %)
4.    LVMH                    2 884 (2,35 %)
5.    EADS                    1 333 (6,93 %)

Le Top 5 qui a le plus de fans actifs en proportion au nombre d’inscrits
1.    Technip Group     12,38 %
2.    Solvay                    9,52 % (avec 21 fans dont 2 actifs)
3.    Kering                    9,42 % (ex PPR)
4.    Essilor France       8,39 %
5.    EADS                      6,93 %

Le Top 5 qui délaisse Facebook
1.    Michelin : le groupe n’entretient pas de page Facebook
2.    Vallourec : le groupe n’entretient pas de page Facebook
3.    Vivendi : le groupe n’entretient pas de page Facebook
4.    Solvay : 21 fans et 2 fans actifs
5.    Unibail-Rodamco : 67 fans et 3 fans actifs

Être ou ne pas être sur Facebook, telle est la question

Parmi les 40 entreprises du Cac, certaines ont fait le choix de ne pas ouvrir de page officielle sur ce réseau social. Explications.

•    Vivendi : pas de page officielle Vivendi sur Facebook. Les pages existantes correspondent à la communauté qui se constitue autour de leur programme de solidarité Create Joy (https ://www.facebook.com/VivendiCreateJoy et https ://www.facebook.com/TheVivendiCreateJoyFund). Vivendi a opté pour un autre réseau social, Twitter en l’occurrence, avec plusieurs comptes ciblés.
•    Michelin : la prise de parole « corporate » sur les réseaux sociaux est actuellement à l’étude chez le constructeur. Pour la partie recrutement, Michelin a mis en place la page https ://www.facebook.com/michelinrecrutementfr, spécifiquement pour la France. Michelin devrait à l’avenir lancer de nouvelles pages pour d’autres pays, et sur d’autres réseaux sociaux.
•    Gemalto : cette entreprise B2B préfère mettre l’accent sur un réseau professionnel comme LinkedIn, plus stratégique que FB où la page n’est pas très active. À titre informatif, la page sur LinkedIn a 16 fois plus de followers que celle sur Facebook. Toute la communication institutionnelle de Gemalto se fait exclusivement en anglais, les clients étant répartis sur 190 pays.

Certaines entreprises répartissent leur présence sur Facebook par pôle d’activité ou par secteur. C’est notamment le cas de :

•    Renault : la page Renault France ne compte pas énormément de fans (128 000) car elle est récente (1 an). Avant son lancement, la relation avec les clients français se faisait depuis 2009 via la page Renault globale, en français et en anglais, qui compte aujourd’hui 556 000 fans dont 110 000 Français (www.facebook.com/renault). En outre, n’oublions pas les pages thématiques : Renault Sport (258 000 fans), Renault Z.E. pour les véhicules électriques (21 500 fans), qui s’adressent aux clients et amateurs de ces gammes spécifiques. Si on agrège toutes les communautés Renault sur Facebook, la marque compte plus de 6 millions de fans à travers le monde.
•    Carrefour : l’enseigne, également présente sur d’autres réseaux sociaux, multiplie ses pages FB non seulement par sous-marques ou secteur d’activité, mais aussi par centres d’intérêt pour le client. On différencie ainsi la page officielle Carrefour de celle Carrefour Market ou encore Carrefour Drive, Carrefour Ooshop, Spectacles ou Voyages. Pour établir un véritable lien privilégié avec les clients, rien de tel qu’une page « Idées et recettes Carrefour », « Idées beauté et cosmétique Carrefour » ou même « Idées bébés Carrefour ». Enfin, la marque se positionne également sur le sport avec ses pages C-lefoot ou C-letour.fr et s’engage officiellement sur la filière de l’alternance avec Carrefour Alternance. Qui dit mieux ?
•    Crédit Agricole : la stratégie globale du groupe consiste à utiliser la page nationale comme un portail auprès des prospects et des clients. En parallèle, chaque Caisse régionale a une démarche plus relationnelle comme l’impose le fonctionnement d’une banque mutualiste. Il est préférable d’observer les initiatives de plus de 20 Caisses régionales, sans compter les opérations de sponsoring. Ce qui totalise au final bien plus de fans sur Facebook (https ://www.facebook.com/CreditAgricole ?sk=app_223690544313142).

Faut-il vraiment être présent sur Facebook ?

À qui s’adresse Facebook ? Ce nouveau baromètre et la position de certaines entreprises comme Vivendi et Gemalto posent bien la question de la finalité et de la qualité.
Pour une entreprise, avoir et entretenir une page sur Facebook est un investissement certain, parfois pour plusieurs personnes. Autant ne pas se tromper et choisir un réseau social adapté, qui correspond vraiment à l’objectif. Les questions primordiales doivent être posées : à qui s’adresse-t-on ? Quel est le message et quel est l’objectif ?

Si l’entreprise s’adresse par nature au plus grand nombre, Facebook peut être une caisse de résonnance, à condition d’y placer des contenus singuliers, adaptés aux besoins de la cible.
Mais ce réseau social n’est pas forcément adapté à tous. Si la finalité est d’attirer de jeunes diplômés ou de trouver des partenariats professionnels, LinkedIn est parfaitement approprié. S’épuiser à publier des contenus originaux sur une page FB dans pareils cas ne sert à rien.

Souvenez-vous : jamais aucune page Facebook grand public, aussi sexy et informée soit-elle, ne pourra rivaliser en termes de popularité et de référencement Google avec un site web intelligemment construit et informatif. Tapez dans Google les mots clés qui vous intéressent, et constatez le nombre de pages Facebook qui apparaît. Alors… combien ?

 

MÉTHODOLOGIE

Ce classement passe en revue les pages Facebook francophones de toutes les entreprises du Cac 40, au 13 mai 2013.
Il dénombre 2 indicateurs publics de Facebook :
1.    Le nombre de fans
2.    Le nombre de fans actifs au cours des 7 derniers jours (nouvel indicateur public Facebook « X personnes en parlent »).

À propos de l’indicateur Facebook « X personnes en parlent » (fans actifs)
Cet indicateur dénombre les personnes qui ont interagi avec la page au cours des 7 derniers jours. Il s’agit de ceux qui ont :
•    Cliqué j’aime sur un contenu (statut)
•    Commenté
•    Publié un message ou une photo sur la page
•    Partagé un contenu
•    Répondu à une question posée
•    Répondu à un événement
•    Mentionné la page Facebook par un lien dans un site ou un blog.

RÉSULTATS COMPLETS (au 13 mai 2013)

Classement du Cac 40 sur Facebook

Auteur :

On mai 21st, 2013, posted in: Blog, Réseaux sociaux by
One Response to 3e baromètre Hypertexte du Cac 40 sur Facebook
  1. Ce baromètre est très instructif. On y retrouve tous les travers, et toute la complexité, de la gestion des réseaux sociaux par les grandes entreprises.

    Les entreprises ont cru que Facebook était simplement un autre média à la mode, un « must do ». Et paradoxalement, les efforts de la corp Facebook pour monétiser l’audience est en train de rapprocher l’outil de ce modèle économique.

    La véritable innovation, le véritable changement induit par les réseaux sociaux, c’est l’interactivité. Sur Facebook, le public n’absorbe plus la comm’ unilatérale, il contribue, commente, critique, suggère. Et bien entendu, il attend une réaction individualisée à ses contributions. Et bien sûr, les services comm’ des grands groupes, habitués à raisonner « global » et à traiter les gens CSP par CSP, secteur par secteur, niche par niche, est bien incapable de traiter les individus. Surtout quand cela vient après une période où l’on a cherché à capturer le maximum de fan pour faire genre we did it.

    Le dialogue : pour entretenir une relation business, il n’y a que ça de vrai. Malheureusement, dans l’approche globalisée du management d’aujourd’hui, ce dialogue est encore loin d’être abouti…

    A Bientôt

    Laurent

    Répondre

Répondre

Lire les articles précédents :
SEO : Google Webmaster Tools indispensable

Google Webmaster Tools : dans la peau de Google Vous souhaitez améliorer votre site, vous assurer que toutes vos pages...

Fermer